mercredi 20 juin 2012

La rêveuse d'Ostende, Eric-Emmanuel Schmitt

Petits détails : 


Vol  n° 310p
Destination : Ostende, les Alpes, l'hôpital de la Salpêtrière, l'Ardèche et la gare de Zurich
Descriptif Pour guérir d'une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende, ville endormie face à la mer du Nord. Sa logeuse, la solitaire Anna Van A., va le surprendre en lui racontant l'étrange histoire de sa vie, où se conjuguent l'amour le plus passionné et un érotisme baroque. Superbe mystificatrice ou femme unique ?
Cinq histoires où Eric-Emmanuel Schmitt montre le pouvoir de l'imagination dans nos existences. Cinq histoires - La rêveuse d'Ostende, Crime parfait, La guérison, Les mauvaises lectures, La femme au bouquet - suggérant que le rêve est la véritable trame qui constitue l'étoffe de nos jours.



Mes impressions sur le voyage : 


J'essaie de combler mon retard de chroniqueuse livresque en profitant des vacances ( 6 chroniques en attentes... ).
Donc c'est parti pour une courte, mais je l'espère agréable, chronique de La rêveuse d'Ostende du sympathique Eric-Emmanuel Schmitt. 

Bon je vais être franche : c'est loin d'être un coup de coeur. 
Ce recueil de nouvelles porte bien la patte de Schmitt mais il manque ce petit truc qui "fait du bien" si chouette dans tous les écrits de l'écrivain. 
Sur les cinq histoires, celle qui m'a le plus déçue, est pourtant celle dont le titre m'avait le plus intriguée, Les Mauvaises Lectures, un synopsis prometteur mais mal exploité, dommage... 
Au contraire, j'ai particulièrement apprécié, Crime parfait et La femme au bouquet. Deux récits paradoxalement opposés, une histoire de meurtre donc et une histoire d'amour, qui hissent ce recueil vers le haut en révélant la véritable plume de Schmitt. Elles éveillent notre curiosité et nous poussent aux portes des rêves en développant notre plus ingénieuse, féerique et tordue imagination. C'est bien l'imagination le véritable sujets de ces cinq nouvelles et à travers elles, Eric-Emmanuel Schmitt nous pose cette question : Vivons nous ou imaginons nous notre vie ?

Bref, des récits sans grand intérêt, à lire dans les transports en commun ou sur la plage pour passer le temps !

Extraits du voyage : 


Un livre, c'était un objet sacré, précieux, dont on découvrait d'abord l'existence au sein d'une liste bibliographique, sur lequel on se renseignait, puis, le cas échéant, qu'on convoitait...En aucun cas, un livre ne se cueillait au milieu des saucisses, des légumes et 
des lessives. "


L'auteur : 

 

Réputé pour être l'un des auteurs français les plus lus dans le monde, Eric-Emmanuel Schmitt est diplômé de l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm et agrégé de philosophie. Tout bascule après l'expérience d'un voyage dans le désert du Hoggar où il rencontre la foi. Point de départ de sa carrière d'écrivain, il publie en 1991 sa première pièce, 'La Nuit de Valognes' et rencontre un succès immédiat. Le jeune dramaturge s'impose véritablement en 1993 avec 'Le Visiteur'. Cette rencontre improbable entre Freud et Dieu lui permet de remporter trois Molières en 1994. Certaines de ses œuvres sont adaptées à l'étranger et transposées au cinéma, avec Jean-Paul Belmondo, Alain Delon ou encore Omar Sharif dans les rôles titres. Parallèlement, depuis 1997, Schmitt écrit des romans comme 'La Secte des égoïstes', 'L' Evangile selon Pilate' ou son 'Cycle de l'invisible', avec tout autant de réussite. 


Les avis des autres voyageurs sont ici.

7 commentaires:

  1. Je comprends ton point de vue ; j'ai bien aimé ce recueil mais ce n'est pas un coup de cœur non plus^^.

    RépondreSupprimer
  2. Bonne lecture avec Ray Bradbury, j'aime beaucoup :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je viens de le finir, il est juste sublime ...

      Supprimer
  3. J'ai le même regard sur les mauvaises lectures,
    celle que j'ai le moins aimé
    et la femme au bouquet, ma préférée.
    En revanche j'ai aimé la guérison
    mais je venais de lire le parfum de Suskind et j'ai surement été influencée.
    Je connais trop peu Smith pour émettre une opinion sur son oeuvre,
    J'ai aimé lire les dix enfants que madame Ming n'a jamais eu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adorerai lire le Parfum ...
      C'est vrai que Schmitt a une oeuvre très variée, mais maintenant que j'ai lu un certain nombre de ces oeuvres je commence à connaître sa plume .
      Merci de ta visite

      Supprimer
  4. Deux que tu as bien apprécié sur cinq, ce n'est pas si mal!!! Je le lirai cet été quand j'irai piller la bibliothèque de ma mère, je te dirai celles que j'ai préférées!!!

    RépondreSupprimer

Prenez votre passeport et envoyez moi une carte postale ...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.